Vous êtes ici

nouveau traitement emphysème exclusivité canadienne

Jeudi, 12 juin 2014
Un nouveau traitement de l’emphysème est offert à l’IUCPQ, en exclusivité canadienne
Québec, le 12 juin 2014 – L’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ) offre depuis peu un tout nouveau traitement expérimental aux patients atteints d’emphysème sévère. Choisi pour son haut niveau d’excellence en pneumologie, l’IUCPQ est le seul centre canadien à participer à cette étude et à offrir ce nouveau traitement. Déjà, 8 patients en ont bénéficié.   
 
Nouveau traitement prometteur
Le traitement consiste à introduire un implant métallique en forme de spirale à l’intérieur du poumon à l’aide d’un bronchoscope (tube souple et mince muni d’une lumière) via la bouche ou le nez. Rapide, simple et non-invasif (sans coupure ni plaie), en moins d’une heure, une dizaine d’implants sont insérés et les patients ressortent après une seule nuit passée à l’Institut. 
 
« Comparativement à un traitement par approche chirurgicale plus risqué, qui nécessite plusieurs heures d’intervention et qui demande une convalescence de quelques semaines, cette nouvelle technique représente un nouvel espoir pour les patients et une révolution pour les professionnels de la santé », a déclaré le Dr Antoine Delage, pneumologue et chercheur à l’Institut. 
 
Le tout est pratiqué dans la nouvelle salle interventionnelle en endoscopie respiratoire de l’Institut, inaugurée en 2010, dont le coût du projet s’élevait à près de 3 M$. 
 
Résultats encourageants
Déjà, plusieurs centaines d’interventions ont été réalisées avec succès en Europe. « On a constaté chez ces patients une réduction de l’essoufflement et une augmentation de la tolérance à l’effort. Ce sont d’importants avantages qui leur redonnent rapidement une meilleure qualité de vie », a affirmé le Dr Simon Martel, pneumologue et chef du Département multidisciplinaire de pneumologie et chirurgie thoracique, qui s’est d’ailleurs rendu en Europe pour apprendre la nouvelle technique. 
 
Bien qu’approuvée en Europe, cette technique est encore à l’étape expérimentale en Amérique du Nord. L’étude actuelle (nommée RENEW) vise à accroître les données sur l’efficacité du traitement. Une vingtaine de centres aux États-Unis, un seul centre au Canada (l’IUCPQ) et trois centres en Europe participent à cette étude. 
 
Pour participer
Pour pouvoir bénéficier du traitement, les patients doivent satisfaire à plusieurs critères. Pour plus de détails, ils sont invités à communiquer avec Mme Josée Picard, infirmière au Centre de recherche de l’IUCPQ : 418 656-8711, poste 2934.
 
À propos de la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) et de l’emphysème
  • Au Canada et au Québec, on estime qu’environ 10 % de la population âgée de plus de 40 ans serait atteinte de MPOC.  
  • La MPOC est la quatrième cause de décès au Canada. 
  • MPOC est une maladie respiratoire qui endommage les poumons et occasionne une obstruction des voies respiratoires. 
  • La MPOC regroupe des maladies comme la bronchite chronique et l’emphysème. 
  • L’emphysème correspond à une destruction du tissu pulmonaire et des alvéoles. L’air reste emprisonné dans des bulles et le patient a alors de plus en plus de difficulté à respirer. Le tabagisme est de loin la principale cause d’emphysème. 
  • Un poumon effectue 17 000 respirations par jour.